l’insertion

L’insertion sociale et professionnelle désigne avant tout, un processus qui permet l’intégration d’une personne isolée au sein du système socio-économique par l’appropriation. Le concept d’insertion est indissociable du concept de socialisation dans la mesure où l’individu doit intérioriser un ensemble de valeurs, de normes et de règles communes. Il faudrait noter que l’insertion commence au sein du cercle familial, d’abord, puis au sein de l’espace scolaire en suite, et en enfin au sein du milieu professionnel.

Cependant, vu que ce n’est pas tout le monde qui a eu la chance d’avoir les meilleurs conditions qu’il fallait pour faire front contre toutes difficultés qui laisserait place à l’échec d’insertion et intégration ; des inégalités sociales continuent à prendre un ampleur non négligeable.

Parlant des meilleures conditions, là, je fais allusion au trois capitaux qui demeurent l’un des supports importants qu’un individu peut s’appuyer pour toutes démarches d’insertion et/ou intégration. Le capital social, le capital culturel et le capital argent. Je pense que bon nombres de personnes qui connaissent des sérieux problèmes à s’intégrer aujourd’hui sont ceux qui ont de véritables difficultés à communiquer par la langue nationale. Car l’intégration commence par la langue avant toute, c’est pourquoi j’ai parlé du capital culturel. Regardant dans les foyers d’hébergement sociaux, tel qu’à EMMAUÏS où je suis hébergée depuis 2008 jusqu’à maintenant, 100% des hébergés sont des immigrés.dont l’expression est souvent difficile.

Un phénomène qui leur est défavorable pour toutes procédures administratives bien qu’il y’ait des travailleurs sociaux qui sont là pour faciliter leur démarches. J’ai constaté que certains parmi les personnes hébergées sont envahies par un sentiment de ne plus être compris par leurs référant après un entretien que lui-même pense qu’il s’est mal fait comprendre. Une espèce de complexité qui s’installe chez la personne isolée.

Ceci dit qu’en plus du manque de qualification professionnelle, vient s’ajouter ce problème de langue. Les personnes hébergées connaissent plus le même problème pour s’intégrer désormais. Je pense qu’il y a ceux dont la non qualification professionnelle pause problématique pendant que d’autres ont une qualification mais plutôt la langue française qui fait défaut.

Il y a des gens qui pensent que la religion est un élément indispensable pour l’intégration, mais moi je pense que dans un pays laïque tel que la France, la religion ne demeure plus un élément de frein depuis qu’il y ait eu la séparation de l’Etat de l’église. Toutefois, il est nécessaire et pour les travailleurs sociaux, assistant social et les personnes qui connaissent ces difficultés à s’intégrer de voir comment maîtrisé l’environnement auquel ils veulent intégrer.

Là je pense à l’IDRIS, qui a dit que l’insertion sociale est l’« action visant à faire évoluer un individu isolé ou marginal vers une situation caractérisée par des échanges satisfaisants avec son environnement. C’est aussi le résultat de cette action, qui s’évalue par la nature et la densité des échanges entre un individu et son environnement.». En France, comme partout d’ailleurs, la communication prime avant toute chose. Si possible il serait profitable au immigrés les cours de la langue française dans les Centres d’hébergement, une option qui leur permettrait de comprendre beaucoup de choses qui ne sont pas le cas aujourd’hui.

ETIENNE FAOUZIA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s