La lutte contre les exclusions, de Tunis à Paris

Le Forum Social Mondial Etendu a réuni plus de 200 personnes ce 28 mars 2013 à la Mairie du 10ème arrondissement de Paris. Répartis en sept ateliers thématiques dans la grande salle des fêtes – autour de la question centrale de cette année  « La participation, qu’est-ce que ça change ? »  – salariés et personnes accueillies de diverses associations étaient conviés à partager leurs expériences.

Forts de leur expérience en la matière, le Secours Catholique et l’association Emmaüs Solidarité étaient bien représentés dans ces ateliers. Trois étaient particulièrement investis par Emmaüs Solidarité : un atelier « photos » animé par des salariés et des accueillis de Pereire, un qui mettait en scène un comité de rédaction d’etmaparole et, enfin, un dernier qui se faisait vivre aux participants une réunion d’un Conseil de Vie Sociale, avec moi-même dans le rôle du directeur d’établissement !

 

etmaparole  L’atelier  « etmaparole » avec, de gauche à droite :  Anne , Christine et moi même, puis,Frédéric, Faouzia, Mathieu

P1010464

Ce fut aussi l’occasion, pour les membres du comité de rédaction d’Etmaparole, de récupérer leurs cartes de visite, qui leur permettront d’être mieux identifiés lors de leurs reportages. Philippe Merlant – journaliste membre de l’Université Populaire pour une Information Citoyenne – a animé ce comité de rédaction fictif avant qu’Etienne Pinte – ancien député et Président du Comité National de Lutte contre les Exclusions – vienne débattre avec les participants de la question de la participation des personnes en situation d’exclusion.

P1010471
Laurent, du Secours Catholique, animateur de la journée.

 

 

La restitution de ces travaux en ateliers s’est articulée autour de deux questions

– La participation, qu’est-ce que ça change du point de vue personnel ?

– La participation, qu’est-ce que ça change du point de vue du projet ?

 

P1010408

La participation des personnes accueillies est ressentie – d’un point de vue personnel –  comme favorisant l’échange, l’enrichissement mutuel et l’évolution individuelle ; la reconnaissance et donc une meilleure insertion sociale ; l’autonomie et l’implication citoyenne. Du point de vue du projet, elle permet de transmettre des savoirs et des compétences autant que d’améliorer les relations entre hébergés. Enfin, elle est considérée comme une nécessité démocratique.

C’est sur la musique du groupe Gnawa – dont les membres sont hébergés par Emmaüs– que la journée s’est terminée. Chacun est donc reparti avec ces trois questions en tête :

–          Que faire pour être plus participatif ?

–          Que faire pour rendre ma structure plus participative ?

–          Que faire pour rendre ma société plus participative ?

Etmaparole est une forme de réponse mais il en existe d’autres … A nous de les formuler et de les concrétiser !

photo
Le groupe de musique Gnawa, constitué d’hébergés de Pereire

 

Voir aussi un aperçu de cette journée sur : http://hautsdeseine.secours-catholique.org/Forum-social-etendu-une-journee )

Thimoté DONGOTOU

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s