Revue de détails des vies de bohème

Au festival de THOR, les accueillis du centre d’hébergement Emmaüs Pereire (Paris) ont présenté un formidable travail, le projet « Bohèmes d’hier, réalité d’aujourd’hui », produit avec à l’aide des professionnels du Studio public Julie Guiches et Benoît Lorent et de la Réunion des musées nationaux. Un travail rendu possible par  la mission culture d’Emmaüs solidarité et le partenariat avec, en outre, la Réunion des musées nationaux.
Le projet prend sa source dans l’exposition « Bohèmes » qui s’est tenue fini 2012 au Grand Palais, à Paris. A partir de leurs visites sur place, les participants à cet atelier ont raconter leur bohème à eux, à travers, notamment, de photographies. Rencontres sur les lieux de l’exposition.

Credit photos: Richard (atelier photo)
Credit photos: Richard (atelier photo) De Gauche à droite Philippe, Karel,Jean-Jacques  du Centre Pereire

Philippe Cabanes Animateur du Centre Pereire qui a conduit les hébergés m’a permis d’interviewer  les participants

Pour Karel, qui a participé à l’exposition, « dans ce projet on montre notre vie, nous cherchons à montrer aussi aux gens si ça peut changer quelque chose. Mais pour moi c’est un peu compliqué…
Ce projet est très bon et laisse des traces sur des gens. On ne connaît pas bien les gens qui sont à la rue, dans la galère. Il y a beaucoup d’hypocrisie envers ces personnes dans la rue car tous de s’expriment pas. Il y a beaucoup de personnes qui ont quitté la rue sans rien écrire. C’est dommage car ils ne sont pas tous des alcooliques, des toxicomanes, des fumeurs… On devrait présenter ça dans le futur dans le projet Bohèmes.
J’ai tout donné de ma vie pour ce projet. Mais les gens passent trop vite… »

Laure, habitante :
« Je viens souvent voir des expositions mais celles-ci vraiment est la première où on voit la vie des gens et ça permet de se remettre en question notre façon de vivre le quotidien.
Dans ce projet, on s’attache à des gens auxquels on n’accorde pas beaucoup de temps d’habitude. On réalise aussi qu’on n’accorde pas assez d’importance et de temps à des choses que nous possédons. »

Agnès Brulins, venue de la région Nord-Pas-de-Calais, a l’habitude de faire des spectacles avec des personnes en situation de handicap. Dans le projet bohèmes, elle constate qu’il y a « beaucoup d’énergies chez les personnes qui ont monté cette exposition. C’est vraiment encourageant ».

Du retour du festival les participants à l’atelier n’ont pas manqué de donner leur entière satisfaction: Christian, Jean Jacques,Akou, Antonio, Isabelle, Richard,Sidi étaient des acteurs de Thor comme le montre les images.

Thimote Dongotou

etmaparole

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s