Un nid à Esteville

La_Halte_Emmaüs_d'EstevilleEn Janvier 1954, l’abbé Pierre lance son appel à « l’insurrection de la bonté » afin de venir en aide à tous ceux qui étaient en extrême détresse, leur adressant une invitation qui débordait d’amour, de tendresse et de fraternité en ces mots : « toi qui souffres, qui que tu sois, entre, dors, mange, reprends espoir, ici on t’aime ».

Un cadeau, un château, un nid

Dix ans plus tard, en 1964, le président Charles De Gaulle appela l’abbé Pierre au téléphone pour lui annoncer le don d’un château offert par Georges Lanfry entrepreneur de bâtiment de Rouen. Le château, à Esteville, un petit village pas loin de Rouen, nécessita dix ans de travaux de restauration des propres mains de l’abbé Pierre et de ses 40 compagnons de la communauté des « chiffonniers bâtisseurs ». Vingt ans après son appel de janvier 54, il peut disposer d’une maison qui lui permet ainsi d’honorer cette fois-ci son appel. Cette propriété il la baptisa « le nid de l’abbé Pierre ». Il la céda à ses compagnons de la première heure comme Georges Legay (que l’abbé Pierre avait convaincu de renoncer au suicide pour l’aider à aider les personnes plus malheureuses que lui) et Lucie Coutaz qui fût la co-fondatrice d’Emmaüs, pour qu’ils y trouvent la paix et la sérénité. Ils donnèrent ainsi l’exemple de la bonté et de la générosité auxquels l’abbé a été fidèle durant toute sa vie.

Renaissance
Ce nid fut après le décès de l’abbé Pierre un lieu de renaissance où tous les détails de sa vie furent présentés afin d’assurer la continuité de son message, la durabilité de ses combats, même après sa mort. Le 22 janvier 2012, date anniversaire du décès de l’abbé Pierre (en 2007), est inauguré le Centre abbé Pierre d’Esteville, dédié intégralement à l’abbé Pierre mais également à l’actualité du mouvement Emmaüs, comme pour signifier que le jour du décès de l’abbé Pierre fût le jour de sa renaissance incarné par l’inauguration de ce centre.
Dans ce centre on retrouve un espace d’accueil de visiteurs, une « serre d’accueil » sous forme d’un bâtiment modeste, habillé de palette de récupération qui reflète la modestie de l’abbé Pierre ainsi que son goût du bricolage et qui sert de point de vente de billets, avec aussi une librairie et une cafétéria pour se restaurer. Au sein du centre Abbé Pierre, des groupes jusqu’à 14 personnes peuvent séjourner dans un gîte labellisé « Gîte de France » et rénové, le « Châlet d’Esteville ». Il permet de profiter , près de la mer, d’un séjour familier en pleine campagne normande au milieu d’une splendide étendue de verdure et de lieux touristiques normands.

Intimité et humilité

On peut aussi visiter le bâtiment principal de 300 m2 et une dizaine de salles d’exposition où est résumée la vie de l’abbé Pierre sous forme scénographique. Mais la perle de cet espace d’exposition, le clou de la visite, est sans doute la chambre de l’abbé Pierre, laissée en l’état d’origine. Elle dévoile humblement l’intimité de celui qui sut conquérir le cœur et la sympathie des Français -et pas seulement- par ses qualités pleines de simplicité et de naturel et son grand humanisme. Elle semble dire à ses compagnons et amis « je suis parmi vous, je suis comme vous ». Et jusqu’à sa mort, l’abbé Pierre a tenu promesse. Même après sa mort : il a été enterré à côté de ses fidèles compagnons les plus proches, donnant ainsi la leçon exemplaire de la fidélité, de l’amour et de la générosité à autrui.

Valeurs

Sans relâche, l’abbé Pierre n’a cessé de promouvoir ses idées et ses actions contre le mal logement et pour la réhabilitation des logements. Il a incité de toutes ses forces à la continuité de ses combats en indiquant comme derniers mots de son testament : « Sur ma tombe, à la place des fleurs et des couronnes, apportez-moi les listes des milliers de familles et des milliers de petits enfants auxquels vous aurez pu donner les clefs d’un vrai logement ». C’est pour cela que dans le lieu de mémoire de l’abbé Pierre, à titre symbolique, on trouve dans l’une des salles d’exposition une boite dans laquelle il y a des centaines de clefs. Elles y ont été mises pour illustrer dans la « maison des illustres » l’activité du mouvement Emmaüs. Elles sont une réponse au vœu le plus cher de l’abbé Pierre pour la victoire de la continuité et de l’espérance, de la dignité et l’humanité, de la solidarité et de la fraternité, de l’espoir et de la raison de vivre. Et pour que la voix des hommes sans voix soit plus puissante pour crier la vérité haut et fort à tout entendeur.

Brahim HAMMADI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s