Collecte et tri de vêtements pour les migrants

En décembre 2015, 1 005 504 migrants sont entrés en Europe, rapporte l’Organisation internationale pour les migrants et le Haut-commissariat aux réfugiés de l’ONU. Cet ainsi que, le couple exécutif français était amené par le biais du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, à nommer un « coordinateur national », le préfet Kléber Arhoul, chargé d’organiser l’accueil des migrants par les différentes villes et collectivités locales, qui se sont déclarées (dépêche AFP du 7 septembre 2015).

Dans ces conditions, l’association Emmaüs solidarité créa en son sein une mission de collecte de vêtements au profit des migrants, en octobre 2015 avec pour chef de projet Mathieu Mirta. Il a été chargé de développer les pistes d’approvisionnements de façon à parvenir à un ramassage des différentes affaires et d’autres choses : habits, accessoires de toilettes, chaussures, téléphones portables, postes radios, affaires de bébés, etc.

Dans un premier temps, c’est la mairie du 12e arrondissement de Paris qui répond très immédiatement à cet appel afin de traiter humainement ces personnes. L’humanisme s’exprime lors des collectes, trois jours par semaine dans cette Mairie. Par une communication bien déployée, cette action caractérise l’adhésion de la plupart des mairies de Paris. A tel point que les dons explosent en un record de temps. C’est un travail méthodique entre le chef de projet et quelques salariés de l’association Emmaüs solidarité, des intérimaires, des résidents du Chu-Espace Culturel et du citoyen Louvel-Tessier et des bénévoles. Dans une salle au rez-de-chaussée du centre, ces personnes trient du lundi au vendredi, toute la journée, des montagnes de vêtements en mettant ceux en bon état dans des cartons et les autres à la poubelle. Parmi les bénévoles volontaires, votre serviteur peut témoigner que ce projet à recueilli des tonnes d’affaires stockées sous la cave du centre. Tout ce monde a réussi à créer un langage humain qui permet non seulement de démontrer une dynamique fondée sur une envie de défendre cette cause.

Les bénévoles rencontrent rarement les migrants. C’est plus souvent Mathieu Mirta et d’autres salariés de l’association Emmaüs, et aussi les intérimaires en charge de la distribution des colis destinés aux migrants, qui se rendent vers les sites, les pôles d’activités et aussi les campements.

Cette crise migratoire est l’une des plus graves jamais connue en Europe. Et malgré tous les efforts fournis d’une nation à l’autre, les migrants continuent d’arriver les pays l’Union Européenne. Récemment, 253 autres personnes migrantes sont arrivées en France et le gouvernement français est « déterminé à respecter ses engagements européens » d’accueillir les nouveaux arrivants. Et la mairie de Paris  plus précisément par la voix de sa maire Anne Hidalgo, associe ses efforts aux côtés du gouvernement de façon à trouver des solutions adaptées à cet afflux vers d’autres circonscriptions.

D’après Céline Dubois, du service logistique d’Emmaüs solidarité, qui succède à Mathieu Mirta, « si prévenir c’est guérir, pendant ce temps la problématique demeure ailleurs et aussi bien chez nous en France ». Et en ce qui concerne Emmaüs solidarité cette mission de collecte s’est arrêtée fin mai. Est-ce qu’elle sera poursuivie ?

Clément BANIALA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s