La psychiatrie transculturelle ou ethnopsychiatrie

Le mot « ethnopsychiatrie » a été créé par Louis Mars (1906-2000), psychopédagogue et homme politique haïtien. Celui-ci s’intéressait à la fois au vaudou et à la décolonisation. Mais on considère l’anthropologue et psychanalyste français Georges Devereux (1908-1985) comme le père fondateur de cette discipline en tant que démarche thérapeutique. L’ethnopsychiatrie s’intéresse d’une part aux désordres psychologiques en rapport avec leur contexte culturel, d’autre part aux systèmes culturels d’interprétation et de traitement du mal. Georges Devereux affirmait que c’est la culture qui prescrivait à ses membres « la bonne façon d’être fou ». Selon, c’est comme si la société énonçait : « vous ne devez pas être fou, mais si vous le devenez, voici la bonne manière de l’être ».

La transcultural psychiatry (psychiatrie transculturelle) comme la nomment les anglo-saxons, ou l’ethnopsychiatrie donne une large place à la culture du patient.

Tobie Nathan, professeur émérite de psychologie, écrivain et disciple de Georges Devereux, réalisa la première consultation d’ethnopsychiatrie en 1979 à l’hôpital Avicenne de Bobigny. ll a aussi fondé en 1993 le centre Georges Devereux qui est un centre universitaire d’aide psychologique aux familles migrantes

La consultation d’ethnopsychiatrie regroupe des professionnels polyglottes autour du patient, sa famille où une partie de celle-ci. Cette consultation est surtout une procédure de traduction favorisant l’expression dans la langue maternelle. Ce qui a pour conséquence de briser la répartition habituelle qui est d’avoir d’un côté le patient de l’autre le thérapeute . Dans la consultation ethnopsychiatrique plusieurs experts interviennent. L’expert clinique bien sûr, mais aussi l’expert de la langue du patient, l’expert des coutumes du malade, celui des systèmes thérapeutiques de la région de celui qu’on soigne, l’expert des thérapies d’autres régions, l’expert de la souffrance singulière du malade, etc.

Il s’agit de déconstruire avec le patient les théories qui ont été à l’origine des thérapies qui lui ont été proposées par le passé.. L’ethnopsychiatrie repense avec le patient sa souffrance mais aussi les théories qui ont élaboré cette souffrance.

Les principes de la démarche ethnopsychiatrieque sont de nos jours repris au Québec, en Italie, en Belgique, au Brésil, en Israël, à Tahiti et à la Réunion (la liste n’est pas exhaustive).

Dans un monde de plus en plus « globalisé », la psychiatrie transculturelle ou ethnopsychiatrie montre toute son importance dans les différentes démarches thérapeutiques concernant les maladies mentales.

G. du Vent d’Autan

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s