Mes ciels, par Didier Dallemagne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Depuis le début de cette année, je me sers de mon petit téléphone portable pour prendre des photos depuis mon balcon, sur des sujets liés aux couchers du soleil, la forme des nuages, etc. C’est très « boréal »…
Depuis très jeune je suis passionné par l’astronomie. Ce que j’y vois, les différentes beautés de ces couchers de soleil, m’apportent l’inspiration pour des carte postales, que je fabrique manuellement après avoir imprimé certaines photos.

Je prends ces photos seulement le soir parce que c’est le moment où les couleurs sont les plus intenses. Quand le soleil se couche, le ciel a d’autres couleurs et produits différents effets  visuels.

Je retravaille ces photos : j’ajuste la teinte, la saturation, le contraste et la luminosité des originaux pour obtenir ces images particulières. Elles me rappellent le Canada où j’ai vécu quatre ans.

Didier Dallemagne

Samir : la musique envers et contre tout

Samir Chikhi
Samir Chikhi

« J’ai baigné dans la musique depuis toujours, je l’aime depuis mon enfance en Kabylie. J’ai commencé à l’apprendre à l’école primaire. Je chantais devant toute la classe. Je me souviens, une maitresse me disait : « si tu chantes dans les autres matières [que le cours de musique, NDLR], je te donne des points en plus ». Mais je chantais pour le plaisir…

A l’age de 13 ans, j’ai commencé à apprendre un instrument, la mandole. C’est mon cousin Moustapha qui me l’a offert. J’ai quitté l’école. Je voulais faire de la musique et j’avais des problèmes avec ma famille. Un jour mes on a reçu une convocation parce que j’étais absent à l’école. Je suis parti me cacher dans la forêt. On m’a cherché pendant une semaine. Mais il n’y avait pas de nourriture alors je suis retourné à la maison. Mes parents avaient eu peur. Mon père m’a pardonné. Lire la suite